Compostelle en famille : comment gérer l’hébergement ?

Compostelle en famille : comment gérer l’hébergement ?

Trouver un hébergement sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle n’est pas forcément chose aisée quand il s’agit de partir en famille. Bien souvent, on doit pousser un peu plus loin que prévu son chemin pour trouver un lieu où dormir. Ce qui n’est pas vraiment possible avec des petits. Cependant des solutions existent.

Tout réserver en avance

C’est l’option que nous avions choisi la première année de notre départ. Nous pensions que c’était la meilleure chose à faire avec une enfant : sécuriser en organisant tout de A à Z.

Cependant, cette solution :

  • prend beaucoup de temps, d’énergie et de stress avant le départ. Les enfants ressentent toutes nos émotions. Il y aura beaucoup d’autres éléments à gérer donc cela implique des parents plus énervés, moins disponibles. Au final, les petits risquent d’être gagnés par notre anxiété et vont finir par se demander s’il est si bien que ça, ce voyage.
enfant-doute
Ofoto Ray-Pixabay
  • La meilleure organisation du monde doit toujours faire face à son démon : l’imprévu. En voici quelques exemples que nous avons rencontrés : la réservation a été mal enregistrée et il n’y a plus de place, votre enfant est fatigué et il faut s’arrêter avant, vous vous perdez en chemin générant plus de fatigue et de kilomètres, il faut écourter l’étape.
  • laisse peu de place à la spontanéité.

Pour bien démarrer le chemin de Compostelle en famille au départ du Puy-en-Velay, nous vous conseillons cet article.

Emprunter un chemin moins fréquenté

Le chemin du Puy

Le réflexe de la plupart des pèlerins est d’emprunter la voie du Puy en Velay.

  • C’est vrai, c’est LE chemin légendaire de Compostelle
  • Il est vraiment magnifique et possède un patrimoine architectural exceptionnel
  • Il y a beaucoup de monde et c’est rassurant
  • Il y a beaucoup d’hébergements et ça aussi, c’est rassurant
  • Il est très bien balisé et ça c’est encore plus rassurant

En revanche, ce chemin vers Compostelle comporte des inconvénients quand on marche en famille, notamment en ce qui concerne l’hébergement :

  • S’il est surnommé l’Autoroute à pèlerins, ce n’est pas pour rien. Si, à travers votre cheminement, vous recherchez l’occasion de vous retrouvez vraiment entre vous, ce n’est pas le chemin idéal.
  • Les hébergements sont pris d’assaut. Un pèlerin seul va partir plus tôt que vous et arrivera bien avant aux hébergements. Donc, quand vous débarquerez, tout sera déjà plein. Et faire cinq kilomètres de plus dans l’espoir de trouver de la place ailleurs,cela compte beaucoup avec un enfant qui sera sûrement déjà très fatigué.

Les autres chemins

ou-dormir-famille-compostelle-chemin-lot
Un joli chemin dans le Lot

Toutefois, la via Podiensis est loin d’être la seule voie. D’autres chemins existent, tout aussi beaux et remarquables les uns que les autres.

  • Vous y croiserez moins de monde, ce qui est idéal quand vous voulez vous retrouvez seuls avec votre famille
  • Qui dit moins de monde, dit plus de place dans les hébergements
  • D’année en année, le balisage parfois défaillant quand nous sommes partis, s’est nettement amélioré
  • Si le patrimoine architectural du Puy en Velay est vraiment très riche, on croise aussi beaucoup de petites merveilles sur les autres chemins

Bien sûr, comme tout n’est pas parfait en ce monde, vous rencontrerez certains inconvénients :

  • Ces voies étant moins fréquentées, il y a aussi moins d’hébergements
  • Si le balisage s’améliore, certains passages sont moins bien gérés que d’autres et parfois, c’est la panique. Mais avec un bon guide entre les mains, il est très facile de remédier à ces problèmes, à condition d’être un peu plus vigilant.

Si vous voulez connaître tous les chemins de Compostelle, venez les découvrir dans cet article

Réserver au fur et à mesure du chemin

C’est la meilleure des options. Vous réservez sur deux-trois jours le long de votre parcours.

  • Vous vous offrez ainsi une certaine sécurité avec l’assurance d’avoir un lieu où dormir
  • Cela vous permet alors d’évaluer, selon la distance que vous avez parcouru jusqu’ici, où il sera possible de s’arrêter un peu plus loin.
  • Vous pouvez aussi plus aisément vous rendre compte selon la fatigue et la lassitude de votre enfant ce que vous pourrez parcourir sous peu. Peut-être sera t-il en effet nécessaire de faire une étape plus courte que prévu ou tout simplement, faire une pause d’une journée ou plus
  • Vous pouvez aussi prévoir une journée-pause imprévue pour prendre le temps de visiter un lieu qui vous plaît bien

Réserver au fur et à mesure de votre parcours est intéressant sur les chemins moins usités. Sachez aussi que sur le chemin du Puy, certains pèlerins réservent des hébergements tous les cinq kilomètres pour pouvoir s’arrêter là où ils en ont envie. Il sera donc d’autant plus difficile de trouver un hébergement pour une famille sur ce chemin vers Compostelle.

En revanche, en Espagne, pas de réservation possible dans les Albergues, et c’est premier arrivé, premier servi.

Marcher hors saison

se-loger-famille-compostelle-automne
Michel Stockman-Pixabay

Tant que votre enfant ne va pas à l’école, vous pouvez partir hors saison. Vous croiserez moins de monde. Vous trouverez donc plus facilement un hébergement pour votre petite famille sur les chemins de Compostelle.

Le chemin n’en sera pas vide pour autant mais il y aura cependant un peu moins de « concurrence ». De plus, vous éviterez la forte chaleur estivale et les tarifs seront moins élevés.

Pour découvrir le début de notre aventure, vous pouvez lire notre article Vivre les chemins de Compostelle en famille

Se renseigner en avance

Quand bien même vous rêveriez d’une complète spontanéité, il est important de connaître les hébergements possibles qu’offre le chemin.

Internet

Ah, la magie d’internet ! En peu de temps, vous avez une mine d’information. Une très bonne base vraiment utile.

Attention cependant, vérifiez que les sources soient mises à jour. Cela évitera les mauvaises surprises !

Et même si Internet semble être un monde infini où tout est possible, on ne trouve pas toutes les données.

Les offices du tourisme

Il est possible de consulter les sites des offices de tourisme souvent très complets et bien faits. Seulement, ce n’est pas le cas pour tous.

Nous avons pris l’habitude de leur téléphoner systématiquement car :

  • Certains ne mettent pas toujours à jour leurs informations
  • Les hébergements spécial-pèlerins sont rarement indiqués
  • « Il y a Mme Untel qui va bientôt ouvrir une chambre d’hôte et vous pouvez lui téléphoner au cas-où ». C’est le charme des petits offices de tourisme de pays où tout le monde se connaît et où on se plie en quatre pour vous trouver une solution 🙂 .

Les mairies

ou-dormir-famille-compostelle-mairie
Phil59-Pixabay

Nous contactons les mairies en précisant ce que nous cherchons et que nous sommes pèlerins.

Les plus importantes vont sûrement vous orienter vers les offices de tourisme mais aussi vers les structures d’accueil de pèlerins. Il arrive parfois qu’elles mentionnent des hébergements non donnés par les offices de tourisme.

Les petites, qui connaissent bien leurs habitants, peuvent vous indiquer des petits hôtels, des chambres d’hôtes… qui ne sont pas forcément inscrits dans les listes des offices de tourisme.

Certaines communes, fières d’être sur les chemins de Compostelle, proposent des locaux pour accueillir les pèlerins gratuitement ou pour un prix modique. Le confort est souvent très sommaire, cela n’a pas d’importance quand la chaleur humaine est présente.

Bien sûr, il ne s’agit de contacter chaque mairie. Un village de 300 habitants au milieu de nulle part aura peu de chance d’avoir des hébergements.

Les associations de pèlerins

Constituées de personnes d’expérience et en contact régulier avec un va-et-vient de pèlerins, ces associations sauront bien vous orienter avec en prime, parfois, de bonnes adresses connues que par les Jacquets 😉 .

Toutefois, les familles sont plus rares sur les chemins et les retours d’expérience moins nombreuses. Ils ne sauront pas toujours vous informer si tel ou tel lieu sera prêt à accueillir des adultes avec des enfants. Mais le désir de connaître des expériences fortes avec sa petite tribu se fait de plus en plus sentir et, peu à peu, un autre public emprunte les chemins.

Conclusion

Trouver un hébergement pour sa famille sur les chemins de Compostelle demande un peu plus d’organisation que pour un randonneur solo. Au fond, dès lors où l’on fonde une famille, tout dans la vie demande une gestion plus complexe. Et ça vaut vraiment le coup.

Dans un prochain article, nous vous parlerons des différents types d’hébergements que vous croiserez sur le chemin.


Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à le signaler dans les commentaires. Partagez-nous aussi vos belles expériences en famille sur les chemins de randonnée, vers Compostelle ou non 🙂 .

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager :)

7 réflexions sur « Compostelle en famille : comment gérer l’hébergement ? »

  1. Merci pour cette multitude de pistes. Personnellement, je n’avais même pas pensé qu’on pouvait faire ce chemin avec des enfants. Merci de m’en avoir donné l’idée 😊

  2. Merci pour ce beau récit et toutes ces pistes ! Elles sont d’ailleurs applicables à de nombreux types de voyages en famille ! J’ai pris des notes pour cet été 😉 Merci encore et hâte de lire la suite !

  3. ça doit vraiment être magnifique de faire cette aventure avec des enfants. Moi qui rêve de partir plusieurs jours, je serais aux anges! Bon, par contre, il faut que je trouve le moyen pour motiver mon petit dernier à marcher et ça, ce n’est pas simple! Alors j’imagine bien qu’un hébergement vide et une rando prolongée de quelques kilomètres, ça serait vraiment compliqué!

    1. Ce qui peut être intéressant, c’est de commencer par des expériences plus simples et voir s’il est possible de faire plus progressivement. A chaque enfant, son rythme. Ils ont de telles capacités d’adaptation quand ils se sentent compris et respectés. Ils nous est arrivés une année, de tout lâcher au bout de trois jours car cela ne se passait pas bien avec Marianne encore petite. Depuis, tout s’est toujours bien déroulé car elle savait qu’on ne lui imposait rien et qu’on respectait ces limites.

Laisser un commentaire