Comment dépasser ses limites en randonnée ?

Comment dépasser ses limites en randonnée ?

Dépasser ses limites en randonnée est bien plus qu’un exploit sportif, c’est une redécouverte de soi-même. Nous avons besoin de tester nos limites pour mieux les dépasser. Que serions-nous capable d’accomplir ? L’homme a toujours chercher à atteindre l’inatteignable. S’il a été un explorateur de territoire inconnu, il y en a bien un qu’il a inlassablement voulu conquérir : son corps. Mais il a vite compris que c’était une contrée vaste, extensible, surprenante. En lui accordant les efforts et l’entraînement nécessaires, on peut aller loin, très loin.

Oyez ! Oyez bonnes gens ! Avant de poursuivre la lecture de ce fabuleux article (modestement parlant), sachez qu’il participe à l’événement inter-blogueur organisé par Nicolas Rozalski du génial blog Apprenti Randonneur.

Et comme nous aimons bien les bambins, nous vous conseillons son article sur les jeux d’orientation avec les enfants. De chouettes moments en perspective pour vous amuser en famille 🙂

Et pourquoi d’abord ?

  • En dépassant vos limites, vous augmentez votre confiance en vous car vous entreprenez un voyage au-delà de vos propres performances et il y a de quoi être fier ^^
  • Vous allez combattre votre plus terrible adversaire. Vous savez, cette personne qui, bien souvent, passe son temps à vous juger, à vous critiquer, à minimiser vos capacités. Vous l’avez compris, je parle de vous-même. Et si vous êtes capable de l’affronter en randonnée, cela vous donnera de l’assurance dans tous les autres domaines de la vie.
  • Vous allez faire du bien à votre corps en entreprenant ses performances de manière graduelle, en étant plus régulièrement en contact avec la nature sans compter le bien-être psychologique que cela apporte.

Les barrages physiques et psychologiques

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

Mark Twain

Dépasser ses limites peut être physique et psychologique. Bien souvent, ce sont les deux.

Dès lors où nous parlons d’exploits sportifs, nous faisons face à ces deux barrières.

  • Physique car nous en demandons plus à notre corps. Nous le poussons au-delà de ses limites.
  • Psychologique car, là où le corps peine à suivre, c’est la volonté qui nous incite à continuer.

Les barrières physiques, ce n’est rien. Nous pouvons tous les fracasser. Chacun à notre niveau, chacun à son rythme.

Deux hommes, un père et son fils, ont dépassé leurs limites en parcourant 1800 km en vélo sur une durée de 19 jours. Découvrez leur histoire

depasser-limite-randonnee-liberte
jplenio-Pixabay

Peu importe le temps que cela peut prendre, nous le pouvons et nous le devons.

Mais les plus gros obstacles à vaincre, ce sont les barrières du mental. Ces fameuses petites voix qui nous disent que ce n’est pas pour nous et que nous n’en sommes pas capables.

Ce seront donc les premières que nous aurons à gérer.

Etre dans la bonne « voix »

  • Je suis nul ? A ma connaissance, personne n’est nul mais réfléchissez, si vous avez ce genre de pensées péjoratives, c’est sûrement parce qu’on vous l’a dit ou fortement suggéré. Quand une personne vous critique de la sorte, c’est qu’elle veut paraître meilleure que vous ou fait transparaître ses propres craintes à travers vous. Fuyez ce genre d’individu toxique !
  • Je n’en serai pas capable ? Pensez à vos victoires, petites ou grandes réalisées au cours de votre vie ou aux peurs que vous avez surmontées. Que ce soit sportif ou non, vous avez fait preuve d’une volonté au top ! Alors, pourquoi ne pas mettre en branle cette exceptionnelle capacité dont vous êtes capable, de toute évidence pour vos futurs exploits sportifs ?

La motivation

Votre décision est prise. Vous allez vous surpasser et franchir tous les obstacles qui se mettront à travers votre chemin, yes !

Au début, pas de soucis, vous êtes motivés à bloc. C’est une motivation bien agréable qui a un effet booster. Mais est-ce que votre engagement est assez fort ?

Sans aucun plan, vous allez cumuler toutes les erreurs possibles et, très vite, vous décourager et penser que vous êtes nul car vous avez échoué.

Pour rester motivé, il vous faudra tout d’abord un objectif précis. Dépasser ses limites pour le simple plaisir de dépasser ses limites laissera place à une démotivation insondable au bout de très peu de temps.

Vous voulez être capable de marcher de longues distances ? Fixez-vous l’objectif de faire Saint-Jacques de Compostelle, le chemin de Stevenson, le Tro Breizh…

Vous voulez être capable de faire des randonnées plus sportives ? Pensez au GR20 en Corse, au sentier de Jean-Marc Boivin entre Côte d’Or et Saône et Loire, le tour de l’Oisans et des Écrins…

La volonté

depasser-limite-randonnee-volonte
Sasin Tipchai-Pixabay

– Dopez votre volonté en vous visualisant atteindre l’objectif final. Imaginez le sentiment de fierté ressenti, la sensation de bien-être, le bonheur et la joie d’avoir réussi.

Vous vous sentez bien dans votre tête, bien dans votre corps, aligné avec vous-même. Vous avez atteint votre objectif et dépasser vos limites. Plus rien ne vous fait peur. Vous êtes prêt à en découdre avec l’avenir et poursuivre vos efforts. Repoussez à nouveau vos limites, vous vous fixez un nouvel objectif. Vous voilà gonflé à bloc, un vrai warrior !

Que ça fait du bien de se mettre dans la peau de ce personnage, ce futur vous. Cela donne vraiment envie d’être à sa hauteur.

– Vous pouvez aussi tout simplement imaginer l’opposé. Vous marchez depuis des heures, la fatigue vous assaille et vous avez envie d’arrêter. Le découragement et les pensées négatives affluent. Peut-être, au fond que tout ceci n’est pas fait pour vous et autant retourner chez vous et reprendre le cours sécurisant de votre vie.

A ce moment-là, visualisez, une fois votre défi arrêté, ce que vous allez ressentir. Une impression de vide en vous se fait, peut-être un sentiment de honte. Mais qu’allez-vous racontez à votre entourage à qui vous aviez annoncé fièrement votre projet ? L’effet est radical, je vous le garantis.

Je me souviens d’un spectacle de danse bollywoodienne auquel je participais. Dans les coulisses, je commençais à paniquer. Alors, j’ai imaginé ce qu’il allait se produire si je ne venais pas sur scène. Le malaise et la honte que je ressentirais après. Le regard des autres. Puis, j’ai visualisé toute l’énergie négative qui était en moi et j’ai décidé que je la transformerai en force positive en passant sur scène. Et ça a marché !

La fatigue

Les premiers signes de fatigue physiques sont trompeurs. C’est un message envoyé par le cerveau. Celui-ci sent qu’il y a truc pas normal, un changement dans vos habitudes et il cherche à vous inciter à vous arrêter.

Focalisez-vous sur ce que vous êtes train de faire et non sur les sensations physiques, il comprendra que tout va bien et s’adaptera à ce nouveau rythme.

Attention, cela ne signifie pas pour autant qu’il ne faut pas s’accorder des moments de répit. Offrez à votre corps les moments d’adaptation dont il a besoin en procédant par étapes.

Step by step

depasser-limite-randonnee-echelle
Hans Braxmeler-Pixabay

Il est important de découper votre objectif en mini buts atteignables qui seront d’autant plus de petites victoires à fêter 😉

Si vous décidez de faire le pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle, vous n’allez pas partir demain, votre sac sur le dos. Il vous faudra être capable de marcher plusieurs jours d’affilée, d’effectuer de longues distances, de porter un sac à dos de plusieurs kilos…

On ne monte pas une échelle en passant du premier au dernier barreau d’un seul coup. On commence par le premier, puis le deuxième… jusqu’au dernier pour atteindre ce lieu mystérieux auquel nous n’avions pas accès avant.

De plus, sauter des étapes est le plus sûr moyen de se décourager.

Si on revient à notre échelle, vous aurez beau essayer de passer du premier barreau au dernier d’un coup, vous n’y arriverez pas. A moins de tricher et de s’envoler (je précise cela pour les anges ou sorciers qui liraient cet article 🙂 ), ce n’est pas possible. C’est très frustrant et décourageant.

Outre cela, vous ne voyez pas bien le haut de l’échelle. En revanche, vous voyez très bien le premier barreau, le second et au fur et à mesure que vous grimperez , vous verrez plus clairement comment atteindre le sommet.

En musique

Vous avez décidé de poursuivre votre objectif coûte que coûte, bravo ! Mais la fatigue est bien là. C’est le moment de sortir l’arme ultime contre celle-ci : la dopamine. Sortez vos écouteurs et alliez marche, effort intense avec vos musiques préférées. La sensation de plaisir d’écouter vos morceaux favoris activera la dopamine qui vous transportera plus loin, vous détournant de votre harassement.

depasser-limite-randonnee-musique
Henrique Fernandes-Pexels

La santé

Ne dit-on pas quand la santé va, tout va ? Si vous avez du mal à maintenir un objectif, à rester motivé, c’est peut-être un problème de santé qui se dissimule. Une défaillance d’un organe, un déséquilibrage du système endocrinien peut influer sur votre force morale. Si vous fatiguez vite et manquez d’endurance, vous avez peut-être aussi un problème de carence, un problème cardiaque…

Etre à l’écoute de son corps est capital. Celui-ci nous envoie des signaux que nous ignorons bien souvent, à tort.

Quoi qu’il en soit, dépasser ses limites vous apportera un plus pour votre santé car la randonnée fait partie des sports doux. En découpant votre but final en mini objectifs, vous atteindrez de nouvelles frontières physiques sans brusquer trop brutalement votre corps qui ne pourrait ne pas trop apprécier cela.

Connaissez-vous les bienfaits de la randonnée sur la santé ? Vous saurez tout en cliquant ici

Et les enfants ?

On les adore nos enfants mais si partir en escapade avec eux apporte des milliers d’instants magiques, il n’en est pas moins indispensable de se réserver du temps à soi, seul ou en couple. De plus, nous parlons là de dépasser nos limites. Quand on part en randonnée avec nos chers têtes blondes, on cale notre rythme de marche et le kilométrage sur leur capacité.

Hors, pour dépasser nos limites dans des randonnées plus extrêmes, il convient de marcher seul ou avec une personne de même niveau.

Conclusion

Ne perdez jamais de vue que le plus important est de progresser. Souvenez-vous, même les professeurs (enfin, la plupart) vous disaient à l’école que ce ne sont pas les notes qui comptent mais l’évolution.

Pour dépasser vos limites en randonnée, vous devrez passez par des petites étapes moins glorifiantes. Ayez confiance en vous. La discipline et la persévérance vous entraîneront dans le cercle vertueux du succès immanquablement.

Soyez comme les enfants, garder votre enthousiasme quoi qu’il arrive, dites-vous que vous pouvez le faire, ayez foi en vos capacités. Et bien évidemment, n’ayez pas peur d’échouer. Petit, vous êtes tombé souvent avant d’avoir su marcher.

Si j’aime faire cette comparaison avec les enfants, c’est qu’ils n’ont pas encore l’esprit rempli de pensées limitantes, de doutes destructeurs qui freinent le progrès des adultes. Et voyez les prouesses qu’ils accomplissent. Cela laisse songeur.

Finalement, dépasser ses limites que ce soit en randonnée ou dans un autre domaine, c’est redevenir le maître de sa propre vie.

Un grand sage a dit…

Pour finir, je laisse la parole au Mahatma Gandhi

C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager :)

4 réflexions sur « Comment dépasser ses limites en randonnée ? »

  1. Merci pour tous ces bons conseils ! rien qu’en lisant ton article, on a envie de sortir pour voir ce qu’on est capable de faire 🙂
    J’aime beaucoup la citation de Gandhi que tu mentionnes « C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire. » – c’est tellement vrai !

  2. Et bien voilà, je n’ai plus qu’à chausser mes baskets et partir à l’ascension de mes montagnes chéries! 🙂 C’est vrai qu’il est intéressant de savoir repousser ses limites! C’est tellement valorisant! Moi, la prochaine limite que j’aimerais repousser, c’est de partir faire une rando sur plusieurs jours (celle que je vise est annoncé pour une semaine environ!)

    1. Super ! Partir en randonnée sur plusieurs jours est une chouette expérience. C’est mettre son quotidien entre parenthèses, prendre du recul sur soi-même et apprendre à mieux se connaître. C’est vraiment enrichissant.

Laisser un commentaire