Une super randonnée : des Rousses au Mont Sâla

Une super randonnée : des Rousses au Mont Sâla

Durant l’été 2019, nous sommes allés faire une randonnée entre Les Rousses et le Mont Sâla.

Comme pour notre deuxième sortie survie douce, nous étions accompagné d’un invité de choix : Guy le Magnifique ! Et comme pour notre escapade au Temple des Mille Bouddhas, Marianne n’était pas avec nous.

Mais pourquoi relater une telle escapade plus de deux ans après ? Eh bien, tout simplement parce que c’est une sortie qui nous a marqués et est restée bien ancrée dans nos mémoires.

Nous avons adoré et vous partageons maintenant cet itinéraire.

Fiche technique :

  • Distance parcourue : 11,5 km
  • Dénivelé positif : 540 m
  • Altitude mini : 1123 m – Altitude maxi : 1525 m
  • Plus grosse difficulté : 200 m de dénivelé pour une distance parcourue de 1000 m
  • Accès : parking de la Bourbe, à mi-chemin entre Les Rousses et Bois d’Amont, au niveau de l’extrémité nord du Lac des Rousses, à 350 m à l’est de la D415. Le parking est dans le département du Jura, en France, à une trentaine de mètres de la frontière suisse. La totalité de la boucle de randonnée est en Suisse.
  • Coordonnées GPS : 46°30’12″ nord – 6°06’32″ est (parking de la Bourbe)

Info + : comme cette randonnée se déroule en Suisse, nous avons bien pris soin de tous nous munir de nos cartes d’identité.

La grimpette

Depuis le parking de départ, nous empruntons le large chemin empierré qui part de là. Très vite, cette piste caillouteuse tourne sur la gauche. Ça y est, nous sommes en Suisse ! Le chemin monte. Après environ 300 m, nous arrivons au lieu-dit de la Bourbe. Nous empruntons alors sur notre droite le sentier qui monte dans la forêt. Il grimpe assez fortement et zigzague dans les sous-bois, pendant environ 1 km. C’est donc la plus grosse difficulté de cette belle randonnée.

Le Creux du Croue

En arrivant au Creux du Croue, le chemin s’aplanit. La forêt s’efface alors peu à peu et laisse place, après un passage caillouteux, à une prairie d’alpage.

La vue se dégage en effet. Le paysage est à couper le souffle. Le Creux du Croue et sa bergerie sont une superbe récompense après notre grimpette. L’effort en valait vraiment la peine.

rousses-mont-sala-creux-du-croue

Souvenir inoubliable : encore un endroit qui restera dans nos mémoires. Après une longue pause près du totem sculpté, nous repartons en direction du Mont Sâla.

rousses-mont-sala-totem

Au passage, chapeau bas aux amis suisses pour le balisage : vraiment impeccable !

A propos du balisage, mais plus spécifiquement pour la France, vous pouvez aussi lire notre article Le balisage des chemins où nous vous disons tout sur le marquage des sentiers et les différents styles de balises en randonnée pédestre, équestre ou VTT. Nous y abordons aussi le balisage très spécifique du Club Vosgien.

Le sentier contourne ensuite la combe par sa bordure nord, sous le Crêt des Danses, jusqu’à arriver à un mur de pierres sèches que l’on franchit à l’aide d’un échalier. Nous entendons des cloches de vaches qui paissent au loin et que nous ne voyons pas encore.

Côté géologie

Le Creux du Croue est une des rares vraies combes du Haut Jura. En effet, il résulte de l’érosion d’une montagne. Les autres combes, bien souvent ne sont que des synclinales c’est-à-dire des dépression dues au simple plissement du terrain.

Côté nature

Le Creux du Croue (et donc sa tourbière) est inclus dans une zone de protection naturelle d’intérêt national et fait partie du parc naturel régional Jura vaudois. La zone est gérée par le District Franc Fédéral du Noirmont qui est en charge de protéger la faune sauvage et de comprendre les interactions entre les activités de loisir humaines et la nature.

C’est pourquoi, il a défini les règles suivantes sur ce secteur :

  • Toute l’année
    • Tenir son chien en laisse
    • Camping exclusivement sur la zone autorisée de Bassins
  • En présence de neige
    • Rester sur les itinéraires hivernaux balisés
    • Les itinéraires estivaux ne sont pas accessibles

Côté histoire

La frontière franco-suisse, avant le traité des Dappes (1862), se trouvait sur le bord occidental du Creux du Croue.

La ferme du Croue

rousses-mont-sala-avant-ferme-du-croue
rousses-mont-sala-avant-ferme-du-croue

Une fois ce muret passé, nous arrivons au-dessus de la longue Combe aux Tassons. Le chalet du Croue se trouve un peu plus haut. Nous le contournons par la gauche avant de rejoindre 150 m plus loin le grand chemin blanc qui monte tout tranquillement vers le nord.

Alors, nous passons au milieu des vaches qui broutent tranquillement sans (trop) se soucier de nous. Nous passons ensuite une clôture. Le chemin nous emmène alors en forêt.

rousses-mont-sala-avant-ferme-du-croue
rousses-mont-sala-apres-ferme-du-croue

Le cimetière aux Bourguignons

Il est quand même surprenant, le nom de cette forêt. Pourquoi parler de Bourguignons et pas de Français. Ça daterait du temps où la Bourgogne n’était pas encore rattachée au Royaume de France ?

A moins qu’il y ait dans ces bois un psychopathe qui ne s’en prend qu’aux Bourguignons ? Ou alors, des psychopathes bourguignons qui se seraient installés ici, juste histoire de se faire un joli petit cimetière grâce aux randonneurs qui visitent la forêt ?

Quoiqu’il en soit, nous ne voyons aucune tombe, aucune stèle aux abords du sentier. Nous passons aussi sans problème. A l’idée qu’un type nous attaque, les Bourguignons que nous sommes n’étaient pas vraiment tranquilles en entrant dans cette forêt 😉 !

Nous sommes ici au point culminant de notre randonnée, presque 500 m au-dessus du lac des Rousses, à 1,5 km du Mont Sâla.

rousses-mont-sala-cimetiere-bourguignons

Le Creux Devant

Le chemin descend alors, passe des clôtures et arrive à la Gouille au Cerf. Nous sommes maintenant sur une large piste qui nous amène tout droit au Creux Devant. C’est ici que se trouve le Chalet des Électriciens.

Mais c’est qui ces gens-là ? Sans doute des copains du psychopathe qui lui auraient passé la chaise électrique. Celle qui servait à éliminer les Bourguignons. En tout cas, nous ne voyons pas d’autre explication plausible 😉 !

Le Mont Sâla

Prudemment, nous prenons donc à droite, en direction du Mont Sâla. Nous y sommes en quelques minutes.

Nous y sommes accueillis par un petit troupeau de vaches, broutant paisiblement l’herbe sèche au pied de la grande croix de fer.

rousses-mont-sala-au-sommet

La vue sur les Alpes et le Lac Léman est époustouflante. Quand nous sommes partis des Rousses, nous ne pensions pas que cette randonnée vers le Mont Sâla serait aussi belle !

Deuxième souvenir inoubliable. Deuxième endroit où nous nous sentons bien, reposés, détendus. Nous y restons donc longtemps.

rousses-mont-sala-au-sommet

Nous redescendons par le même chemin et repassons près du chalet des Électriciens, qui domine la grande Combe des Bégnines descendant vers la ferme du Couchant.

Le Creux à la Neige

Nous prenons alors le chemin qui longe la forêt en haut de la combe. Au moment où cette piste s’engage dans les Bois du Couchant, nous la quittons pour emprunter le sentier qui descend vers le Creux à la Neige.

Et nous qui pensions que ce n’était qu’un nom de lieu-dit, banal en montagne ! C’est en fait une doline, un gouffre créé par l’érosion où il n’est pas rare de rencontrer de la neige à la fin du printemps, malgré la faible altitude. Nous sommes donc passés devant sans y faire attention !

Nous traversons finalement cette forêt très rapidement et arrivons aux prés des Loges où se trouvent de nombreuses cabanes d’estive reconverties en maisons secondaires.

Le chemin du retour

Un sentier descend alors dans un petit bois, juste avant d’arriver à la fromagerie des Vandelles. Une fois ce pré traversé, nous nous engageons de nouveau sous les arbres. Pas pour longtemps.

rousses-mont-sala-retour
rousses-mont-sala-retour

Après c’est l’immense pâture de « sur la Côte » avec la fromagerie de la Bourbe et tout plein d’autres chalets d’estive. Les vaches y sont tranquilles, très tranquilles. Au point d’être couchées en travers du chemin ! Nous contournons.

Un peu plus loin, un veau tète… au milieu du chemin, lui aussi. Nous contournons encore !

Quelques sculptures en bois saluent la fin de notre périple.

Nous arrivons maintenant à la Bourbe et y retrouvons le grand chemin que nous avions pris au départ. Il suffit de le descendre : le parking est vraiment tout près.

Vu que cette balade est presque terminée, vous pouvez aussi regarder notre escapade du Puy de Dôme au Puy de Pariou, histoire de vous évader dans le parc des Volcans d’Auvergne !

Petit bilan

Cette randonnée au Mont Sâla, depuis Les Rousses, nous ne sommes pas près de l’oublier !

Deux moments forts :

  • Le Mont Sâla, bien sûr, avec sa vue imprenable sur les Alpes et le Lac Léman.
  • Le Creux du Croue, qui se laisse approcher après bien des difficultés.

Une curiosité devant laquelle nous sommes passés : la doline du Creux à la Neige.

rousses-mont-sala-guy

Si vous avez apprécié cette randonnée, n’hésitez pas à le partager avec vos amis-es randonneurs-ses. Vous pouvez aussi nous mettre un commentaire.

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager :)

8 réflexions sur « Une super randonnée : des Rousses au Mont Sâla »

  1. Je ne connaissais pas cette randonnée et pourtant, qu’est-ce que j’ai pu faire comme rando aux alentours des Rousses! Le Haut Jura est si beau! ça fait trop longtemps que je n’y suis pas allée! ça me donne envie d’y retourner pour voir ces magnifiques paysages!

  2. Merci d’avoir partagé la description de cette magnifique randonnée !
    Je serrai à coté bientôt, donc je ferai tout mon possible pour visiter cet endroit splendide !

  3. Ca me rappelle de bons souvenirs de vacances aux Rousses en été. Ce panorama sur le Léman et les Alpes est grandiose… et puis il y a ces myrtilles qui nous ont permis de faire de délicieuses tartes 🙂

Laisser un commentaire