Randonnée à Ermida dans le Peneda-Geres

Randonnée à Ermida dans le Peneda-Geres

Le Parc National de Peneda-Geres est connu pour sa beauté sauvage : c’est donc un merveilleux spot de randonnée, notamment dans les environs d’Ermida. Ce joli parcours est donc situé dans la pointe Nord-Ouest du Portugal qui remonte sur le territoire espagnol, au sud de Vigo et d’Ourense.

Notre escapade commence à l’église d’Entre-Ambos-os-Rios, sur la frange occidentale du Parc National. Ermida, but de cette randonnée, se situe un peu plus à l’intérieur du Peneda-Geres, dans la Serra Amarela.

Nous allons donc suivre et croiser le Rio Froufe et ses affluents tout au long de cette boucle entre Entre-Ambos-os-Rios et Ermida.

La randonnée à Ermida, dans le Peneda-Geres, en bref :

  • Distance parcourue : 16 km
  • Dénivelé positif : 860 m
  • Altitude mini : 80 m – Altitude maxi : 530 m
  • Plus grosse difficulté : 285 m de dénivelé pour une distance parcourue de 2530 m (entre Lourido et le Col de Vidoal).
  • Accès : Entre-Ambos-os-Rios se trouve à 11 km à l’est de Ponte-da-Barca et 40 km au nord-nord-est de Braga.
  • Coordonnées GPS : 41°49’10″ nord – 8°18’37″ ouest (parking de l’église d’Entre-Ambos-os-Rios, gratuit).
  • Info + : il est possible d’écourter cette randonnée en deux parties de même longueur en coupant à Lourido. Cependant, la boucle de Lourido – Ermida, comportant la majeure partie du dénivelé, est plus difficile. Autre difficulté pour réaliser ce parcours : trouver où garer la voiture dans Lourido, petit hameau aux rues étroites.

Sans carte ni GPS, mais avec beaucoup de retard

Nous partons du parking de l’église San Miguel d’Entre-Ambos-os-Rios pour cette belle boucle de 16 km avec un dénivelé positif assez important.

Malheureusement, nous n’avons ni carte papier, ni GPS. Nous faisons quand même une photo de la carte et du profil altimétrique du panneau de départ. La carte est suffisamment précise pour s’y repérer facilement.

Le balisage

Nous espérons cependant que le balisage est suffisamment bien fait et entretenu. Celui-ci, comme tous les chemins de Petite Randonnée du Portugal est fait de marques rouges et jaunes. Les GR, quant à eux sont, comme dans bien des pays, en rouge et blanc. En fait, le balisage est tellement précis que nous n’aurons jamais à consulter la carte pour trouver notre direction. Un vrai travail de professionnels : le balisage est précis, très clair, avec des potelets si nécessaire. Qui plus est, la peinture est toute neuve, donc très voyante.

Nous ne consultons donc la carte que quelques fois, uniquement pour savoir où nous en sommes dans le parcours et dans les difficultés.

Il est tard

Il est plus de midi quand nous quittons Entre-Ambos-os-Rios. Nous sommes début décembre et au Portugal la nuit tombe vers 17h45 (décalage horaire oblige). Il est donc très probable que nous terminions cette randonnée dans le noir. C’est pourquoi nous avons prévu une lampe frontale. Nous pourrons aussi utiliser la « torche » du téléphone.

Froufe et l’incendie

Dans un premier temps, l’itinéraire suit la petite route qui nous mène à Froufe, sur les bords de la rivière du même nom. C’est dans ce petit hameau, à moins d’un kilomètre du point de départ, que le parcours quitte le tracé du GR pour s’engager sur un chemin pentu qui entre dans la forêt.

randonnee-ermida-penada-geres- forêt de sapins aux troncs noircis par le feu
La forêt calcinée reprend vie

Très peu de temps après les dernières maisons du village, nous constatons que la base de chaque arbre est noire. Des aiguilles de pin noircies par le feu jonchent le sol. Nous pensons que la forêt a dû brûler cette année. Pourtant ces pins ne semblent pas morts, leur cime étant encore verte. De même, le terrain est couvert de fougères, là où les genêts sont complètement calcinés.

Il est donc difficile de dater cet incendie mais ce qui est certain, c’est que les pompiers l’ont éteint avant qu’il ne soit trop tard pour la végétation et pour les maisons toutes proches. De l’autre côté de la rivière, la montagne a eu moins de chance : tout est grillé.

randonnee-ermida-penada-geres- montagne ayant subi un incendie ravageur.

Le chemin forestier nous emmène ensuite sur ce versant calciné où la vie reprend peu à peu ses droits.

Mais toutes les collines n’ont pas brûlé : nous nous trouvons bientôt dans des forêts où alternent feuillus et pins maritimes.

Lourido et le raccourci

Nous arrivons ainsi à l’entrée de Lourido, où il est possible d’écourter notre parcours et retourner vers Entre-Ambos-os-Rios.

Malgré l’heure tardive, nous décidons de continuer vers Ermida afin de découvrir les hauteurs de la Serra Amarela.

À la sortie du village, nous croisons une dame qui, avec l’aide de son chien, surveille ses quelques chèvres broutant librement dans les broussailles.

La grimpette

C’est ici que nous attaquons la principale difficulté de la journée pour atteindre le Col de Vidoal, point culminant de cette randonnée, trois kilomètres avant Ermida. Par cette longue montée de deux kilomètres sur des pistes forestières, nous allons passer de 280 m à 650 m d’altitude. Nous allons aussi complètement changer de décor, le haut de la Serra étant couvert d’une lande de bruyères et de genêts. Aux abords du chemin, nous voyons les traces récentes du passage d’un petit troupeau de vaches : empreintes, bouses et herbes broutées, en pleine montagne !

Le Col de Vidoal et le sentier de montagne

Tout en haut nous nous retrouvons sur le tracé du GR34 et du GR50. Ici, nous quittons la large piste et poursuivons cette randonnée dans le Peneda-Geres, sur un petit sentier de montagne qui nous emmène vers Ermida. Nous ne sommes qu’à 600 m d’altitude mais il y a du givre sur les herbes qui n’ont pas vu le soleil de la journée.

randonnee-ermida-penada-geres-collines avec lande en premier plan

Le soleil commence d’ailleurs à décliner : il faut presser le pas. Nous ne pouvons pourtant pas aller aussi vite que nous le souhaitons car le sentier descend dans un premier temps sur des dalles rocheuses assez glissantes. Ensuite, il est complètement raviné, au point que des rambardes en bois ont été installées, jusqu’à la petite route en contrebas. D’ici, nous avons une très jolie vue sur la Ribeira de Carcerelha, petit affluent du Rio Froufe.

Nous rejoignons ce torrent en prenant toutes les précautions nécessaires pour ne pas tomber dans ce sentier chaotique et très pentu. La randonnée devient ensuite moins acrobatique : nous passons le pont et empruntons la petite route qui monte en zigzaguant vers Ermida.

randonnee-ermida-penada-geres-torrent de montagne
La Ribeira de Carcerelha

Ermida

Sur le replat, juste avant d’arriver au village, nous voyons des moutons en train de paître à droite de la route et des vaches de l’autre côté. Il n’y a aucune clôture, nulle part. Et personne ne les garde ! Dans ces montagnes, nous sommes dans un autre monde 🙂 , bien loin des grandes exploitations qui deviennent malheureusement la norme 🙁 .

randonnee-ermida-penada-geres-quelques vaches devant un décor de montagnes au soleil couchent

Dans le Parc National de Peneda-Geres, nous avions déjà vu sur le bord de la route (parfois sur la chaussée !), des vaches et des chèvres sous l’œil bienveillant d’une gardienne. Nous sommes émerveillés par cette vie simple et paisible.

Des petites vaches très autonomes

Le soleil est au raz de l’horizon quand nous entrons dans le village : les lumières sont magnifiques. Nous allons jusqu’à l’église, et continuons en suivant les marques rouges et blanches du GR.

C’est alors que nous croisons une vache, toute seule dans la rue. Nous avançons jusqu’aux dernières maisons de ce très joli village et rencontrons le reste de ce petit troupeau. Nous comprenons alors qu’elles rentrent à l’étable à la nuit tombante, toutes seules comme des grandes. Personne ne les guide, ni ne les accompagne : elles savent ce qu’elles doivent faire.

randonnee-ermida-penada-geres- vaches dans un chemin bordé de murets
Le troupeau rentre tout seul là l’étable !

Nous revenons ensuite sur nos pas et traversons Ermida dans l’autre sens car il y a un moment que nous n’avons pas vu le balisage de notre Petite Randonnée.

Les quelques vaches que nous venons de croiser sont déjà chez elles. Celles que nous avons vu avant l’entrée du village arrivent elles aussi. Toutes les vaches du village semblent donc revenir à l’étable à la nuit tombante.

Nous ne savons malheureusement pas si ces animaux sont complètement autonomes ou s’il leur faut quelqu’un le matin pour les mener vers leur pâture.

La Cachena da Peneda, petite vache autochtone

La Cachena da Peneda, est une petite race de vache marron, avec de très longues cornes courbées.

Docile et peu craintive, elle n’est pas farouche du tout.

Elle est originaire du nord du Portugal et nous l’avons croisée plusieurs fois dans le Peneda-Geres. D’ailleurs, son élevage (exclusivement extensif) est pratiqué sur quelques communes seulement.

On l’élève pour sa viande.

La treille

Nous retrouvons les marques de notre circuit de randonnée dans le centre d’Ermida. Ici, nous quittons le GR. Nous passons alors sous une treille de vigne qui couvre entièrement le chemin sur plusieurs dizaines de mètres. Dans le soleil couchant, c’est magnifique.

randonnee-ermida-penada-geres-treille de vigne en contre-jour

La longue descente vers la rivière

Le large chemin devient petit sentier qui dévale les pentes de la Serra sur plus de trois kilomètres, jusqu’à la rivière, 350 m plus bas. Nous devons là encore descendre prudemment car nous passons sur des dalles glissantes. Des pierres roulent aussi par endroits sous les pieds. L’exercice est difficile car nous essayons de nous dépêcher, comme nous le pouvons. Le soleil descend mais nous voyons encore très bien les dangers du chemin.

Patatras

Dans notre empressement, Anne glisse sur une dalle et tombe. Rien de bien grave, heureusement. Plus de peur que de mal. Mais elle repart en boitant un peu. Nous sommes donc allés trop vite et avons perdu du temps. Nous calmons alors un peu le rythme en nous disant que nous arriverons bien à temps en bas de cette descente infernale.

La Ribeira de Carcerelha

Juste avant la rivière, que nous entendons depuis très longtemps, le sentier glissant se transforme en joli chemin de sous-bois.

Nous traversons la Ribeira de Carcerelha et prenons un chemin forestier. Le rythme ralentit car le passage est inondé en de nombreux endroits.

Au clair de la Lune

Nous arrivons tant bien que mal à Outrelo, en contrebas de Lourido, où nous aurions pu écourter tout à l’heure. Il nous reste ici environ trois kilomètres pour rejoindre Entre-Ambos-os-Rios. L’éclairage public vient de s’allumer : nous allons sans doute devoir bientôt allumer nos lampes.

Il nous faut ensuite descendre au Rio Froufe, le traverser et le longer par un chemin forestier jusqu’à Froufe. La rivière, plus que le balisage, va nous servir de guide dans la pénombre.

randonnee-ermida-penada-geres-rivière encombrée de rochers dnas la lumière du soir
Dernières lueurs du jour sur le Rio Froufe

Le sentier, même si nous le découvrons au clair de lune, est magnifique. Il s’aventure en effet en sous-bois, passant parfois par des escarpements rocheux. Il nous faut par contre éviter quelques passages inondés. L’eau surgit de partout dans ces collines.

Cette fin de randonnée à la nuit tombante nous rappelle un peu notre belle escapade à Saint-Romain, dans notre Bourgogne natale.

Au-delà de Froufe, nous reprenons la petite route qui nous y a amené afin de rejoindre Entre-Ambos-os-Rios.

La randonnée à Ermida dans le Peneda-Geres

Ainsi, lors de cette randonnée, nous avons découvert à Ermida un autre monde, où le temps semble s’être arrêté ; et c’est un constat que nous avions déjà fait ailleurs dans le Peneda-Geres. Ce Parc National, dans son ensemble, et Ermida, en particulier, valent vraiment le détour. Nous n’avons malheureusement pu y consacrer que trop peu de temps.

Un peu plus au sud, mais toujours dans le nord du Portugal, les Passadiços do Paiva nous ont aussi complètement dépaysés, mais d’une manière totalement différente !

Toutefois, les paysages que cette magnifique randonnée nous a offerts ne sont pas les plus grandioses du Peneda-Geres. En effet, ceux que nous avons pu admirer du côté de Castro-Laboreiro sont tout à fait exceptionnels.


Si vous avez apprécié cet article ou si vous souhaitez partager votre expérience, n’hésitez pas à laisser un commentaire 🙂 .

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager :)

Laisser un commentaire