Motiver ses enfants à marcher

Motiver ses enfants à marcher

Vous avez décidé d’organiser une randonnée pour votre petite troupe. Vous voulez être sûr que tout se passe dans les meilleures conditions possibles.
Et si ça ne leur plaisait pas ? Et si, au bout de quelques pas, ils se lassaient déjà ?
Voici quelques conseils pour les motiver.

Un équipement au top

L’idée d’aller marcher ne va pas forcément emballer tout le monde mais c’est toujours sympa de tester un nouvel équipement. Sans vouloir pousser à la consommation, il faudra bien un minimum de matériel, ne serait-ce de bonnes chaussures de randonnée.

Faites-les participer aux achats, ils seront ravis de les choisir eux-mêmes et encore plus fiers de les porter.

Ce bel équipement, que l’on n’a le droit de mettre que pour cette occasion, a un effet booster.

Chacun met la main à la pâte

Le meilleur moyen de les motiver est, dès le début, de les impliquer dans la préparation.

Les plus grands peuvent étudier le trajet avec vous. C’est l’occasion de leur apprendre à lire une carte, comprendre ce qu’est une échelle, découvrir les points cardinaux, le relief. N’hésitez pas non plus à vous arrêter sur les noms des lieux-dits. Certains sont originaux, voire amusants.

Ce sont des instants complices, agréables et quelle fierté d’avoir participé à l’élaboration de la randonnée !

Les plus jeunes peuvent aider à préparer le ou les sacs. En leur donnant des instructions simples, claires et précises, ils seront contents d’être traités comme des grands surtout si on leur explique l’importance de leur mission.

C’est une bonne manière de les responsabiliser tout en les valorisant.

Pensez à prévoir, selon le trajet, un petit goûter ou un casse-croûte cuisiné la veille avec vos enfants. C’est sympa de manger dehors et encore plus si l’on a participé à la préparation. De plus, après avoir fait un effort, l’encas apparaît comme une récompense, qui a bien meilleur goût que s’il était pris à la maison.

Un parcours motivant

Notre prochain objectif est de nous assurer qu’ils seront motivés tout au long de leur balade.

En préparant le trajet, mettez-vous dans la peau de vos enfants. Que recherchent t-ils ? Si pour vous, le simple fait d’être en pleine nature devant des paysages somptueux vous suffit, leur approche ne sera pas la même. Bien sûr qu’ils seront ravis de gambader sur de beaux chemins mais très vite, ils auront besoin d’autres choses.

De la variété

Les enfants aiment beaucoup les chemins sinueux, surtout les tout-petits.

Gravir une colline qui leur donne l’impression d’être une montagne, quel exploit une fois arrivés en haut !

De manière générale, ils préfèrent les sentiers qui grimpent et remplis de cailloux qui roulent. Ils adorent d’autant plus s’ils ont davantage de facilité que vous à avancer.

Si ce genre de chemins ne vous pose aucun problème, n’hésitez pas à mimer la difficulté si vous sentez qu’ils se découragent. Un sursaut d’énergie réapparaîtra comme par magie pour vous montrer comme ils sont forts.

Variez les milieux autant que possible

  • Dans les forêts, on peut grimper aux arbres, faire des cabanes, on peut jouer à cache-cache…
  • Près d’une rivière, on peut jouer avec l’eau, traverser en sautant de pierre en pierre, découvrir les petits poissons…
  • Dans les prairies, on peut se rouler dans l’herbe, cueillir des fleurs, voir les papillons s’envoler et les sauterelles bondir de partout…
  • En montagne, on peut jouer les « alpinistes », embrasser la vallée d’un seul regard, jouer avec l’écho…
  • En bord de mer, on peut s’amuser avec le sable ou les galets, avec les vagues, on peut ramasser des coquillages…

Pensez aussi aux landes, marais, tourbières où une faune et une flore riches les attendent. Bien souvent, dans ces milieux protégés, on chemine sur des passerelles en bois. Nos filles, enfants, adoraient ça.

Tout simplement, la diversité coupe la monotonie du sentier classique.

Du sport

Les enfants adorent grimper partout. Ils ont besoin de se défouler.

Des arbres, des rochers, les chemins pentus, traverser des gués, des ruisseaux, marcher sur un muret sont autant de sources d’amusement.

fillette jouant dans les rochers

Des découvertes

Un menhir, une allée couverte, une grotte, une chapelle perdue au milieu des bois, un lavoir, les ruines d’un château, des arbres remarquables (arbres géants, creux, tout tordus…), passer sur un petit pont sont d’autant d’éléments qui fractionnent le rythme de la randonnée et qui ne laissent que peu de place à la lassitude.

C’est l’occasion de quelques explications historiques, techniques, d’anecdotes (se renseigner auparavant) à raconter à vos enfants. Ils sont très curieux d’autant plus si votre récit est court, surprenant et/ou amusant.

Des copains

Proposez à leur meilleurs amis de participer à votre randonnée ou mieux, partez à plusieurs familles. Nous pouvons vous garantir qu’ils ne sentiront pas les kilomètres quand ils joueront ou discuteront avec leur copains.

Des pauses

Ces promenades ont pour but de détendre tout le monde et réapprendre à prendre son temps.

Ce n’est pas une course et les pauses font partie de la balade. Elles sont indispensables et doivent être prises en compte, si vous le faites, dans l’évaluation de la durée de votre sortie.

Pendant ces pauses, on se repose, on mange, on boit, on parle et on joue.

Car il est rare que les enfants restent sans rien faire.

Une pause au bord de l’eau, par exemple, est la bienvenue. Ils adorent cet élément. Toutes sortes de jeux peuvent y être imaginés.

Les enfants aiment jouer

Ecourter la randonnée

Tout semble parfait dans la théorie, une belle balade, de magnifiques endroits à voir. Seulement voilà, ce jour-là, malgré tous vos efforts, le petit dernier ne veut plus faire un pas et est grognon. Il y a des jours avec et des jours sans et des fois, la démotivation est trop grande ou la fatigue se fait plus vite sentir.

Dans l’élaboration de votre parcours, c’est un critère à prendre en compte. Il est important de prévoir un moyen de réduire la distance initiale de votre randonnée si le besoin s’en fait sentir : un chemin de traverse, une petite route peuvent permettre d’écourter le trajet facilement.

Un but à atteindre

Voilà ici un bon moyen de motiver les troupes : avoir un objectif final.

Quand notre grande était petite, 4 belles années de vie, nous nous préparions à notre première année de marche sur les chemins de Compostelle. Lui donner envie de faire des randonnées régulièrement pour s’entraîner ne lui disait pas tout le temps. Nous devions donc ruser quelques fois pour l’inciter à la marche.
Or, c’était une grande adepte des puces. Alors, nous lui avions proposée de se rendre à pied à une brocante qui se tenait dans un village à quelques kilomètres de chez nous.
Ce jour-là, elle a marché le sourire aux lèvres. Le retour se passa tout aussi bien. Elle s’amusa tout le long du chemin avec la petite poupée que nous lui avions trouvée aux puces et qu’elle avait hâte de présenter à ses autres jouets.

Une petite visite chez les grands-parents ? Quelle fierté pour les enfants de leur annoncer qu’ils sont venus à pied !

Aller donner à manger aux canards, aux ânes, aux chevaux, les petits adorent et s’y rendre en marchant donne à cet acte une allure de mission sacrée.

Une bonne façon de motiver les enfants est de les emmener nourrir les animaux

Le but pour les grands peut être un challenge : faire une randonnée plus difficile, gravir un sommet compliqué, rechercher des cistes ou faire du géocaching

Les possibilités sont multiples. Trouvez ce qui peut motiver vos enfants. Cela sera toujours gratifiant.

Pensez aussi au retour qui, une fois le but atteint, pourra ne plus avoir la même saveur. Pourquoi ne pas proposer de prendre un chocolat chaud, manger un bon gâteau, un repas pris devant un film une fois rentrés.

Il est possible également de prévoir un retour en bus ou une personne qui vient vous chercher.

A bien y réfléchir…

Le plus important est de se faire plaisir et de leur faire plaisir.

Une randonnée en famille est un moment de détente, de complicité. Il n’y a pas besoin de faire beaucoup de kilomètres pour satisfaire tout le monde.

Ce que l’on recherche avant tout est de se construire de beaux souvenirs et de faire vivre à nos chères têtes blondes des instants d’authenticité.

N’est-ce pas là la plus grande des motivations ?

Et vous, quelles sont vos astuces ?

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager :)

6 réflexions sur « Motiver ses enfants à marcher »

  1. Merci pour ces conseils.
    J’ai deux petits garçons que j’initie peu à peu à la randonnée et au bivouac. Et c’est vrai que leur laisser le choix de l’équipement, écouter leurs doléances selon le type de randonnée qu’ils veulent faire, pouvoir écourter le chemin au besoin, sont d’excellents conseils pour s’assurer de vivre un bon moment en famille.

Laisser un commentaire